Nancy est bien revenue de balade, mais je n'ai pas eu le temps de regarder ses photos aujourd'hui. Par contre, j'en ai fait moi des photos...des photos prises pour tuer le temps...dans un parc proche d'une clinique. Ce n'est pas pour rien qu'elle s'appelle la clinique du parc. J'avais une petite heure à passer en attente et ce parc est devenue une agréable salle d'attente, plus apte à changer les idées, moins surchauffée que celle officiellement destinée à cet usage. En sortant de la clinique, après avoir été priée par l'anesthésiste d'aller faire un tour ailleurs en attendant qu'on m'appelle au tel, je comptais aller me réfugier  dans la voiture (pour tricoter) quand mon regard a été attiré par la grille du parc. En m'approchant, je me suis aperçue qu'il était désert. J'ai continué à avancer et c'est là que le bruit de l'eau et le cri des canards sont parvenus à mes oreilles. Le Lez longe le parc tout du long...oui, ce même Lez qui a fait récemment des misères aux montpellierains quand il s'est mis en colère et a inondé les rues de la ville. Il est revenu sagement dans son lit mais on peut encore voir les traces de son débordement jusqu'en haut du parc( boue, ravinements, morceaux de bois accrochés en tas retenus par des arbres ou des rochers, déchets de toutes sortes pris dans les branchages...) . Le sol boueux aurait pu être difficilement praticable s'il n' avait été recouvert d'un épais tapis de feuilles de platanes. Comme j'adore les bords de rivière assez sauvages, je m'en suis approchée...le courant était encore assez fort...juste assez pour donner une sensation  de liberté, d'élémént indomptable. Et à force de le regarder, ce courant...ça hypnotise...c'est comme s'il lavait et emportait dans ses eaux folles tous les tracas et les pensées moroses...on se sent régénéré.

023

025

 

 

 

 

 

 

 

 

En faisant attention de ne pas glisser sur les feuilles et la terre mouillées, je suis allée tout au bord de la rivière, là où barbotait toute une horde de canards criards. Pas sauvages ses canards là. Ils sont venus vers moi et ont même commencé à sortir de l'eau pour me rejoindre.

017

020 (2)

 

 

 

 

 

 

Je les ai regardé un moment faire les fou-fous, plonger, se poursuivre, nager en rond au gré du courant...une fois de plus, je n'avais pas de pain à leur donner. J'ai remonté le bord de l'eau, attirée en amont par un fort bruit de chutes d'eau.

013

009

 

 

 

 

 

 

Sur le plan d'eau, au dessus des chutes, il y avait un majestueux couple de cygnes. On les aperçoit vaguement sur la photo, les deux minuscules points blancs sur la droite. Impossible de monter les rejoindre, cet accès étant interdit au public.

De retour dans le parc proprement dit, j'ai découvert quelques endroits un peu à l'écart, où l'on peut s'asseoir au calme et qui doivent être super sympa à la belle saison.

005

012 (2)

 

 

 

 

 

 

Il commençait à pleuvioter, j'ai donc arrêté là ma promenade. Je suis allée me mettre à l'abri dans la voiture. Je m'installe pour tricoter en attendant le coup de tel. En levant la tête, j'aperçois ceci, à travers le pare-brise.

027

Je ne pouvais pas faire autrement que d'aller photographier ce chef d'oeuvre...purement époustouflant!!!

 

Le téléphone a sonné...j'ai quitté ma salle d'attente improvisée...pour rejoindre couloirs et chambre surchauffés à l'intérieur...où nous avons attendu 4h de plus pour rien!!!!

Je hais les cliniques...mais j'adore leur parc... :-D