Comme j'aime bien de temps en temps faire dans la miniature, j'avais acheté cette mini-poupée, il y a un petit moment déjà. Puis, comme on s'en doute, je l'ai un peu oubliée dans un recoin. Dernièrement en rangeant mon atelier cherchant dans mon fouillis, je l'ai retrouvée. Dans sa tenue d'origine, la pauvrette tremblait de tous ses membres cherchant à s'ensevelir un peu plus dans l'amas de tissus, espérant trouver un peu de chaleur...exactement comme une tortue qui s'enterre pour l'hiver...un peu plus tous les jours jusqu'à disparaître de ma vue.

 

DSC06867 (2)

 

Je l'ai extirpée de là à temps et pour me faire pardonner ma négligence, je lui ai aussitôt tricoté une petite robette.

 

DSC06868 (2)

 

Pour cette première prise de contact avec les mensurations de cette poupette, je n'ai pas voulu faire trop compliqué. J'ai pris du coton fin et des aiguilles N°2; un coton blanc, un coton rose et blanc (qui allait créer un petit motif tout en finesse). J'ai tricoté en commençant par le bas avec deux rgs mousse. Puis la jupe en côtes 2/2, sauf bordures de 3m en mousse. Diminutions à la taille, puis 3rgs de côtes 1/1. Les manches tricotées à part puis intégrées après les côtes. Des diminutions de chaque côté des manches tous les rgs, puis réparties autour de l'encolure. Deux rgs mousse rose pour finir. Coutures sous les manches.

C'était l'occasion d'utiliser les tout-petits boutons reçus en cadeau d'anniversaire. Qui dit tout-petits boutons, dit tout-petits trous. Pour les coudre, je n'ai donc pas pu me servir de la petite aiguille à coudre à gros chas que j'utilise habituellement pour avoir moins de mal à l'enfiler. Elle bloquait dans les trous. J'ai donc dû en prendre une avec un tout petit chas. Et me voilà devant la fenêtre à me contorsionner pour trouver l'éclairage et la position adéquats pour faire passer ce foutu fil dans le chas. C'est là que m'est revenu le souvenir de ma grand mère qui me demandait, quand j'étais gamine avec mes yeux encore tout neufs, de lui enfiler son aiguille, quand elle devait rapiécer un accroc ou recoudre un bouton. Ben, oui, mais moi, à qui pouvais-je demander? Alors, je me suis débrouillée toute seule en me disant que les lunettes c'était bien utile mais que ça avait ses limites. Les boutons cousus, j'ai rajouté une toute petite dentelle pour rendre la robe un peu plus précieuse. 

 

DSC06869

DSC06873

DSC06872 (2)

Voilà un petit essai qui ne demande qu'à être transformé avec un joli point un peu plus aéré peut être...