93451205[1]

Il était une fois, Barbie 1976...

Ah, mais c'est une longue histoire, çà. Si vous n'êtes pas trop pressées, je vais vous la conter. Quand ce blog fut ouvert, ce fut en présentant une caisse de poupées que l'on venait de me donner. On m'avait dit de trier ce qui m'interressait et de jeter le reste, plus personne n'en voulait...même pas les acheteurs des vide-greniers. J'ai donc obéi; trié, jeté. J'ai eu quelques hésitations pour certaines, c'est que je déteste jeter, moi! Pour  Barbie, comme à l'époque, je ne comptais pas habiller ce genre de poupée de petite taille qui demande beaucoup de minutie et de patience, je ne pensais pas avoir d'hésitation. Elle était nue, je l'ai quand même examinée sous toutes ses coutures. Même si je ne m'y connais pas en poupées Barbie, celle-ci avait tout de même un petit intérêt à mes yeux, pas aussi banale que les rares Barbies que j'avais eu l'occasion de voir, il y a bien longtemps; visage expressif (au point qu'elle m'a fait penser à Pierrette), légère articulation interne aux genoux, corps tournant à la taille, cheveux pas trop moches une fois coiffés...on pouvait peut être en faire quelque chose. Mais ce qui m'a décidée pour de bon à la garder, c'est son année de naissance gravée dans son cou: 1976. Cette Barbie vintage parlait désormais à mon coeur. Cette année-là, c'est  l'année de notre mariage. Une petite idée avait commencé à germer dans ma tête...

Entre temps, cette Barbie a eu l'honneur de participer au défi styliste de 2015 de Pipiou "la petite robe noire". C'était la première tenue que je faisais pour ce genre de poupée mannequin. 

107245124[1]

J'ai ainsi pu me rendre compte de l'investissement nécessaire à cet exercice. Je m'étais, jusque là, toujours contentée d'admirer ce que les expertes créaient ou réalisaient pour cette Miss et j'étais bien souvent épatée. 

Début 2016, Pipiou, une spécialiste reconnue de Barbie, jouait à nouveau les tentatrices et proposait d'envoyer les explications de "Barbie Bergère" à qui en ferait la demande. Où là! Devant la beauté de ce modèle, la petite idée qui me trottait dans la tête depuis l'arrivée de  Barbie 1976 s'est réveillée. Ben , alors, c'était quoi cette idée? Habiller cette fameuse Barbie en robe de mariée pour consacrer le jour de nos quarante ans de mariage. J'ai donc demandé le tuto que Pipiou m'a aussitôt envoyé. Je n'ai pas tardé à la commencer...dans le but d'en faire une robe de mariée, donc j'allais la crocheter entièrement blanche. Tout en la crochetant, je commençais à envisager ma mise en scène. Étant à l'époque en plein dans ma série robes de mariées pour poupées,  j'imaginais alors que cette robe-là serait le grandiose  final de mon défilé. Mais qui dit anniversaire de mariage dit couple de mariés. Fallait donc que je trouve un Ken à cette Barbie.  Une fois la robe crochetée, je me suis mise à sa recherche, mais en vain. Puis la pleine saison au potager est arrivée et comme chaqu'année, à ce moment-là, les conserves ne m'ont plus laissé  un instant pour penser à mon couple. L'anniversaire de mariage est passé et j'ai abandonné mon idée et l'ouvrage en cours...

DSC07033 (2)

Dernièrement, Pipiou nous montrait les ouvrages qu'elle reprenait et modifiait pour les améliorer. Son courage a ressuscité le souvenir de Barbie-Bergère et m'a fait un peu honte d'avoir laissé mon ouvrage en plan si près du but. Elle m'a encouragée (et oui, elle assure aussi le service après vente) et j'ai eu à coeur de ne pas la décevoir. Il ne restait vraiment que très peu de finitions à faire et Barbie 2016 a enfin vu le jour...début 2018. Mieux vaut tard que jamais!

 

DSC07043 (2)

 

DSC07045 (2)

DSC07046 (3)

J'ai quand même du mal à comprendre pourquoi Ken se fait autant prier. N'est-elle pas tentante? Surtout un jour de Saint Valentin...

Je n'ai pas abandonné l'idée de lui donner un amoureux. Pipiou m'a déjà envoyé le tuto de la tenue du marié...motivons!

Un grand MERCI à Pipiou pour son tuto généreusement offert, pour ses gentils encouragements. Je me rends compte en voyant la beauté de cette robe que j'aurais profondément regretté de ne pas la finir...