Il était une fois, dans l'univers virtuel de la blogosphère, un pays merveilleux au doux nom de Pipiouland. Dans ce pays, on pouvait y voir évoluer en toute liberté (un peu surveillés quand même par l'appareil photo), dans un jardin paradisiaque, des lézards, des oiseaux, un dragon...et surtout des poupées mannequins , de toutes tailles et de toute beauté.  Sur ce pays démocratique (et oui, même les poupées y avaient leur mot à dire) régnait une Marraine Fée au crochet magique et à la bienveillance légendaires, prénommée Pipiou. Autour de ce royaume, gravitait en orbite, une nuée de Pipiounettes attirées par la lumière qui émanait de ce lieux. Dans ce pays, le partage était roi et les Pipiounettes en profitaient sans commune mesure. Il suffisait d'appartenir à la communauté et l'on en recevait les bénéfices immédiats. Un grand évènement annuel mettait le royaume en ébullition: le défi styliste! C'était un grand gala qui n'avait rien à envier au grand bal des débutantes de la haute société. Toutes les Pipiounettes voulaient y voir participer leurs poupées. C'était pour elles un honneur à nul autre pareil que de défiler au même titre que les mannequins de la Fée. Cette année-là, une des Pipiounettes, Mamgoz, créa une tenue qui produisit son petit effet parmi la communauté déjà en extase devant le défilé de toutes les merveilles produites par les participantes. Mamgoz en rédigea généreusement le tuto du jupon et cela donna l'idée à la Fée de lancer un petit défi que quelques Pipiounettes s'empressèrent de relever. IL s'agissait de bâtir une tenue entière de poupée "autour du jupon". Étant moi-même une de ces ferventes Pipiounettes, je me suis empressée d'adhérer à cette aventure ludique qui promettait d'être motivante et me sortir de la monotonie saisonnière...

Voilà comment je me suis retrouvée  embarquée dans l'aventure dite "autour d'un jupon". Il suffisait de s'inscrire ICI en  demandant le tuto à Pipiou qui nous l'a rapidement envoyé. A partir de là, y avait plus qu'à; à trouver la laine ou le coton, à déterminer la grosseur du crochet adéquate et à choisir la poupée qui allait avoir le privilège de porter la tenue improvisée autour de ce jupon.

Pour démarrer, pas d'autre solution que de crocheter le fameux jupon. Ayant choisi un coton multicolore un peu gros, je n'ai plus eu qu'à le crocheter avec un crochet N°3. Le jupon allant être un peu grand, j'ai décidé que cette tenue serait faite pour Mélusine. J'ai donc attaqué le tuto. Arrivée au moment des coquilles de finition, j'avais un petit problème de nombre. Comme je ne voyais pas à quel endroit j'avais fauté, plutôt que de le redéfaire de suite, et parce que j'avais décidé de faire aussi cette tenue pour Barbie, j'ai choisi un coton plus fin et un crochet 1.75. J'ai donc refait un jupon et eu à nouveau le même problème au niveau des coquilles. Qu'à cela ne tienne, le jupon me convenait tel quel. C'est donc autour de ce jupon que j'ai bâti la tenue pour Barbie.

20191112_090752 (3)

Bon, le jupon allait devenir une jupe. Penchons-nous donc, (mais pas trop, hein, à mon âge ça pourrait être dangereux) sur un hypothétique bustier? Je pense qu'un bustier tout simple mettra en valeur le travail de la partie jupe. D'autant que "un bustier tout simple" et bien, comment dire...c'est simple à crocheter! Effectivement, si simple, qu'il a été vite fait. Si vite fait, que tiens, si je continuais ce bustier en robe et que le jupon devienne une sur-jupe...histoire de lui redonner sa vocation première. Ben alors, on va pas se compliquer la vie, on va refaire le jupon à la suite du bustier. Allez, pas de honte, on le rallonge de ci de là, quand le motif s'en accommode, de façon à faire dépasser la bordure de coquilles sur laquelle viendra s'emboiter celle du jupon devenu une sur-jupe. Aïe, je vous ai pas perdues là, vous me suivez toujours? C'est que quand je lui lâche la bride, mon cerveau a tendance à s'emballer. Bon, en photo ça vous parlera peut-être mieux. Voici donc la robe obtenue.

20191112_091110 (3)

20191112_094015 (3)

Voilà, je sens que je vous ai récupérées, vous avez bien la vision en tête? Parce que là, ça se complique. Le jupon étant devenu une sur-jupe, il va falloir à nouveau un jupon! Meuh, non! Pas encore le même. Le faire une quatrième fois, ben non! Il va être par dessous toutes ces fanfreluches, pas besoin de le compliquer. En brides, ça fera l'affaire. Un crochet un peu plus fin que celui préconisé sur la bande du coton pour qu'il soit suffisamment rigide. Essayé tous les deux tours sur la poupée pour que les augmentations le fasse bouffer suffisamment mais pas trop. Enfin, vous voyez le genre, quoi!

20191112_094117 (3)

On a déjà bien progressé là, mais le problème de Barbie, c'est qu'il lui faut des accessoires, sinon elle ne peut pas s'exposer au regard des autres. Même habillée de trois épaisseurs, elle se sent nue si elle n'a pas un truc sur les épaules, un truc sur la tête et un truc dans les mains. Pour les accessoires, j'aime bien jongler avec les points de la tenue...c'est décidé, jonglons donc avec les coquilles. Nous allons aller en régressant; une petite cape aux trois coquilles sur les épaules, un sac aux deux coquilles dans la main et une coiffe à la coquille unique sur la tête. Comment ça, c'est quoi le nom de cette coiffe? Ben "coiffe à la coquille". C'est une spécialité de l'étang de Thau. Pas la peine d'aller chercher sur le Net, le brevet n'a pas encore été déposé...

20191112_091351 (3)

Et voici arrivé le moment fatidique du passage dans la cabine d'essayage.

Ce coup ci, on peut se permettre d'enfiler les épaisseurs dans le bon ordre. D'abord le jupon.

20191112_104716 (4)

On ne s'y attardera pas dessus, surtout quand on sait que je fais mes photos dehors sur la terrasse et qu'il fait 10°.

Donc passons rapidement la robe par dessus:

20191112_105602 (3)

Puis la sur-jupe et les accessoires:

20191112_110218 (4)

Je ne suis pas habituée à ce genre de gabarit et je n'ai d'ailleurs que deux Barbies sous la main. Les deux m'ont été données. Je n'en ai pas encore acheté et je ne pense pas le faire. La deuxième se pavane toujours, en vitrine, dans sa robe de mariée-bergère en attendant le prince charmant. Celle-ci m'avait été offerte par Mamie Rose et avait déjà participé à un défi du genre chez Pipiou.

Et maintenant, donnons un nom à cette tenue. Cette Miss a bizarrement les cheveux roses, le coton employé pour la tenue a une couleur un peu saumon, un rose orangé ou un orange rosé. Mes yeux ont du mal avec ce genre de nuances. Bref, ma tenue s'appellera désormais "Pink Lady". En plus, c'est la saison des pommes et celle-là, c'est ma préférée!

Déjà la fin de l'histoire. La conclusion, c'est que je me suis bien amusée à faire cette tenue en partant du tuto d'un jupon et en ayant toute liberté pour créer la suite. Maintenant, je retourne à mon premier jupon prévu pour Mélusine.

Un grand merci à Mamgoz pour le partage de son tuto et à Pipiou pour l'idée et la prise en charge  de ce défi.

Pour voir l'avancée de Pipiou, c'est ICI